défaillir


défaillir

défaillir [ defajir ] v. intr. <conjug. : 13; fut. je défaillirai ou vx je défaudrai>
• 1080; de dé- et faillir
1Vx ou littér. Faire défaut, manquer. « Son secours qui ne défaut point » (Colette).
2(XVIe) Mod. Perdre momentanément ses forces physiques, tomber en défaillance. s'évanouir, se pâmer (cf. Se trouver mal; fam. tourner de l'œil; tomber dans les pommes). J'étais sur le point de défaillir. Défaillir de faim, d'effroi. « Elle défaillait, en proie à une syncope » (Bourget).
3(Choses) S'affaiblir, décliner, diminuer. Ses forces défaillent de jour en jour. « Toute la volonté défaille, toute pensée s'arrête » (Maupassant).
4Littér. Faiblir, manquer à son devoir. faillir, fam. flancher. J'accomplirai ma tâche sans défaillir.
⊗ CONTR. Maintenir (se). Remonter (se). Augmenter, redoubler.

défaillir verbe intransitif (de faillir) Littéraire. Perdre momentanément ses forces physiques, s'évanouir : À la nouvelle de la mort de son fils, elle fut sur le point de défaillir. Perdre momentanément son contrôle, sa maîtrise, sa force morale sous le coup d'une émotion : Défaillir de joie. Littéraire. Venir à manquer, en parlant des forces, de la mémoire, etc. ● défaillir (difficultés) verbe intransitif (de faillir) Conjugaison Comme tressaillir. Remarque On trouve parfois au futur et au conditionnel les formes avec e : je défaillerai, je défaillerais. ● défaillir (synonymes) verbe intransitif (de faillir) Littéraire. Perdre momentanément ses forces physiques, s'évanouir
Synonymes :
- s'évanouir
Contraires :
- revenir à soi
Littéraire. Venir à manquer, en parlant des forces, de la mémoire...
Synonymes :
- décliner
- décroître
- fléchir
Contraires :

défaillir
v. intr.
d1./d Tomber en faiblesse, s'évanouir. Défaillir de peur.
d2./d S'affaiblir. Son courage défaille.
d3./d Litt. Faiblir, manquer de force morale. Agissez sans défaillir!

⇒DÉFAILLIR, verbe intrans.
A.— Faire défaut.
1. [Le suj. désigne les manifestations physiques d'un phénomène naturel gén. cyclique] Perdre de son intensité jusqu'à disparaître complètement. La courte lumière du jour défaillait (SCHWOB, Monelle, 1894, p. 54). Les soirs fuyants et fins aux ciels inconsistants Où défaille et s'en va la lumière vaincue,... (SAMAIN, Chariot, 1900, p. 89) :
1. Des vapeurs erraient dans les vallées, le jour défaillait et le ciel, à l'ouest, était couleur de fleur de pêcher; les horizons baissaient presque à toucher la terre. La lumière manque à cette latitude, et avec la lumière, la vie; tout est éteint, hyémal, blêmissant; ...
CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 4, 1848, p. 211.
2. [Le suj. désigne une pers.] Défaillir à qqn. Faire défaut à quelqu'un (cf. défaut I B); ne pas répondre à l'attente de quelqu'un; être absent. Vous êtes mort et le soleil s'est éclipsé. (...) Ami, si vous nous défaillez, que nous reste-t-il encor? (CLAUDEL, Corona, 1915, p. 398).
B.— [Le suj. désigne une pers.; p. méton., une partie du corps, un trait de caractère, une qualité intellectuelle ou morale, une œuvre humaine]
1. [À propos de la nature physique d'une pers., le suj. désignant un organe, une activité physiologique, etc.] Remplir avec moins d'efficacité ou ne plus remplir du tout ses fonctions, généralement sous l'effet d'une forte émotion. Ses forces défaillent. Avec sa petite voix frêle, pas encore mûre, qui tremblait, qu'on entendait à peine depuis la galerie, et elle défaillait par moment (RAMUZ, A. Pache, 1911, p. 45). Il leva le bras, mit le canon du browning dans sa bouche. Sa main défaillait. Ses dents mordaient l'acier de l'arme, pour la tenir (VAN DER MEERSCH, Empreinte dieu, 1936, p. 205).
Spéc., MÉD.
a) Absolument
♦ [Le suj. désigne une pers.] Perdre connaissance, par suite du ralentissement du rythme cardiaque et de la diminution de la respiration, sous l'effet d'un choc physique ou émotionnel. Défaillir et mourir; faire, se sentir défaillir. Quasi-synon. tomber en défaillance (v. ce mot II A). S'évanouir. Voilà trois semaines que j'ai souvent des douleurs à défaillir (FLAUB., Corresp., 1853, p. 369). Lorsqu'elle défaillait, à bout de force, épuisée par un travail auquel des hommes auraient succombé (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 504) :
2. ... à force d'avoir perdu du sang, je m'étais évanouie... Comment ai-je eu le courage de me tenir debout, de me traîner, de faire mon service? ... (...) Madame me surprit, à un moment où je pensais défaillir. Tout tournait autour de moi, la rampe, les marches et les murs.
MIRBEAU, Le Journal d'une femme de chambre, 1900, p. 76.
b) P. ext. et affaiblissement. Éprouver une forte émotion au point de se sentir ou de sembler prêt à perdre connaissance. Mme Caravan la jeune, devenue pâle, défaillait d'angoisse (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, En fam., 1881, p. 363). Fontranges (...) défaillait d'admiration et de bonheur (GIRAUDOUX, Bella, 1926, p. 114).
♦ [Le suj. désigne le cœur] Ralentir son rythme (au point de provoquer la perte de connaissance). Mon cœur défaille, je vais mourir (FLAUB., Tentation, 1856, p. 628) :
3. ... elle la vit pâlir, comme si elle aussi eût manqué de souffle. Brusquement, la lampe s'éteignit. Alors, tout roula au fond des ténèbres, une meule tournait dans sa tête, son cœur défaillait, s'arrêtait de battre, engourdi à son tour par la fatigue immense qui endormait ses membres. Elle s'était renversée, elle agonisait dans l'air d'asphyxie, au ras du sol.
ZOLA, Germinal, 1885, p. 1400.
2. [À propos de la vie morale, affective et intellectuelle d'une pers.]
a) [Le suj. désigne une notion morale, un sentiment, une faculté intellectuelle] S'affaiblir, perdre de son acuité jusqu'à disparaître. Sentir défaillir son courage. Ce talent eut peine à se faire jour, et défaillit fréquemment (SAINTE-BEUVE, Poésies, 1829, p. 233). L'art ne se développe pas ou languit ou tombe dès que manque ou oscille ou défaille la foi (FAURE, Esprit formes, 1927, p. 234). L'imagination défaille à être à l'excès surtendue (GIDE, Ainsi soit-il, 1951, p. 1235).
b) [Le suj. désigne une pers.]
Perdre ses forces morales (en tout ou en partie); présenter une attitude d'apathie, de défaitisme et de renoncement. Si je défaille, ce sera de même par manque de vigueur et non faute de dons naturels. (...) Les barbares s'imposeront peu à peu à nos âmes à cause des basses nécessités de la vie (BARRÈS, Homme libre, 1889, p. 117) :
4. Mais tout était balayé! Le chef du gouvernement voyait autour de lui s'effondrer le régime, s'enfuir le peuple, se retirer les alliés, défaillir les chefs les plus illustres.
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1954, p. 65.
P. méton. de l'obj. supposé Commettre une erreur, une faute sous l'effet d'un relâchement ou d'un abandon des forces morales. Errez, défaillez, péchez, mais soyez des justes (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 21).
5. Il n'est point roi, celui qui défaille en justice,
Afin qu'il plaise au fort et que l'humble pâtisse
Sous l'insolente main chaude du sang versé!
LECONTE DE LISLE, Poèmes barbares. La Ximena, 1878, p. 293.
3. [Le suj. désigne des productions de l'activité humaine : une machine, un instrument, une institution, un système social, une œuvre littéraire ou artistique, etc.] Perdre son efficacité, son intensité d'expression. Les institutions du conquérant défaillent (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 670). Le moment où [dans l'Allegro du quatuor op. 131 de Beethoven], sous de larges termes harmoniques des voix supérieures, l'élan rythmique défaille (MARLIAVE, Quat. Beethoven, 1925, p. 325). Mme Argentina accomplit (...) tandis que ses castagnettes éclatent ou défaillent, la promenade alanguie et mélancolique de cette Danza V de Granados (LEVINSON, Visages danse, 1933, p. 160).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694, s.v. deffaillir; ds Ac. 1718-1932 sous la forme mod. (cf. dé-1). Conjug. assaillir. Étymol. et Hist. 1. Ca 1080 defalt ind. prés. 3e pers. « prendre fin » (Roland, éd. J. Bédier, 1735); 2. 1re moitié XIIe s. « s'affaiblir, décliner (surtout en parlant des forces physiques et morales) » (Psautier Cambridge, 76, 3 ds T.-L. : defailleit mes esperiz [deficiebat spiritus meus)]; 3. 1268 defaillir de « manquer (à une obligation) » (E. BOILEAU, Métiers, 13 ds T.-L.). Dér. de faillir; préf. dé-. Fréq. abs. littér. :668. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 587, b) 920; XXe s. : a) 1 632, b) 863. Bbg. BOULAN 1934, p. 30.

défaillir [defajiʀ] v. intr.
CONJUG. assaillir : « À les voir je défaille » (Giraudoux); futur je défaillirai ou je défaillerai (« Je ne défaillerai pas », Psichari); (vx) je défaus, il défaut (« Son secours qui ne défaut point », Colette); (vx) je défaudrai.
ÉTYM. 1080; de 2. dé-, et faillir.
1 Vx. Faire défaut, manquer.Dr. || Défaillir au procès. Défaillant (cit. 1). || Condition défaillie.
2 (XVIe). Mod. Perdre momentanément ses forces physiques, tomber en défaillance. Évanouir (s'), pâmer (se); Se trouver mal; fam. tourner de l'œil; tomber dans les pommes. || Se sentir prêt à défaillir. || Se sentir défaillir. || Défaillir de faim, d'effroi… || À cette nouvelle, son cœur défaillit (cf. Le cœur lui manqua).
1 Elle défaillait, en proie à une syncope qui dénonçait l'intensité de son émotion, et son propre amour, plus certainement qu'un aveu.
Paul Bourget, Un divorce, IV, p. 159.
1.1 Il se sentit prêt à défaillir : un nuage glissa devant ses yeux, et ses jambes se mirent à trembler, pendant que son cœur frappait dans sa poitrine des coups sourds et pressés.
Raymond Roussel, Impressions d'Afrique, p. 222.
3 (Choses). Littér. Affaiblir (s'), aller (s'en aller), décliner, diminuer. || Ses forces défaillent de jour en jour. || Sa mémoire commence à défaillir. Baisser (fam.).Fig. et poét. || Le jour défaille. Tomber.
2 Comme un malade en péril se préoccupe de ce qu'il trouvera dans sa tombe, une nation qui se sent défaillir s'inquiète de son sort futur.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. VI, p. 317.
3 (…) le jour défaillait, et le ciel, à l'ouest, était couleur de fleur de pêcher (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. VI, p. 44.
4 Et la moitié du ciel pâlissait, et la brise
Défaillait dans la voile, immobile et sans voix.
Lamartine, Harmonies…, II, 2.
4 Littér. (En parlant des forces morales). || Sentir son courage, sa volonté défaillir. Faiblir, manquer. || Remplir son devoir, accomplir sa tâche sans défaillir.
5 Défaillir quelque peu a sa compensation : c'est l'exhortation de soi-même à soi-même (…)
É. Littré, Comment j'ai fait mon dict. de la lang. franç., p. 28.
6 (…) les mots défaillent sur les lèvres et la langue se paralyse sous la plume (…)
Huysmans, En route, p. 165.
7 Toute la volonté défaille, toute pensée s'arrête, le sommeil s'empare du corps et de l'âme.
Maupassant, la Vie errante, II, p. 14.
8 Même à cette heure d'attente mortelle (…) — même à cette heure où défaille l'espérance, les images qui passent et repassent sous ses paupières baissées, la font rougir de honte et de plaisir…
Bernanos, Monsieur Ouine, p. 95.
Sentiment qui ne peut défaillir. Indéfectible.
CONTR. Maintenir (se). — Remonter (se), renforcer (se), revenir (à soi). — Affermir (s'). — Augmenter, redoubler.
DÉR. Défaillance, défaillant, défaut.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • defaillir — Defaillir, Languescere, Deficere. Defaillir et se passer, Exolescere, Rarescere. Defaillir et ne pouvoir fournir à la peine, Fatiscere. Defaillir à faire son debvoir, et respondre à la bonne volonté de la Seigneurie de sa ville, Studia ciuium… …   Thresor de la langue françoyse

  • défaillir — DÉFAILLIR. verbe n. Il n est plus guère usité qu au plurlel du présent, Nous défaillons; à l imparfait, Jedéfaillois; au prétérit, Je défaillis, j ai défailli; et a l infinitif, Défaillir. Manquer. Cette race a défailli en un tel. Ils craignoient …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • defaillir — Defaillir. Manquer. Cette race a defailli en un tel. ils craignoient que le jour ne vinst à leur defaillir avant qu ils pussent arriver. toutes choses commençoient à leur defaillir. Il signifie aussi Deperir, s affoiblir. Les forces luy… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • défaillir — (dé fa llir, ll mouillées, et non pas dé fa yir) v. n.    L Académie dit qu il n est guère usité qu au pluriel du présent de l indicatif : nous défaillons, vous défaillez, ils défaillent ; à l imparfait, je défaillais ; au prétérit, je défaillis …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DÉFAILLIR — v. n. (Il n est plus guère usité qu au pluriel du présent de l indicatif, Nous défaillons ; à l imparfait, Je défaillais ; au prétérit, Je défaillis, j ai défailli ; et à l infinitif, Défaillir. ) Manquer. Cette race a défailli en un tel. Ils… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DÉFAILLIR — v. intr. Perdre momentanément ses forces physiques ou morales. Je la vis prête à défaillir. Je me sentis défaillir. Sa mémoire défaillait souvent. Il signifie aussi S’affaiblir, diminuer. Ses forces défaillent tous les jours, commencent à… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Défaillir — III гр., (avoir) P.p.: défailli 1) Слабеть, изнемогать 2) Приходить в неисправность, выходить из строя 3) Проявлять слабость, малодушие Présent de l indicatif je défaille tu défailles il défaille nous défaillons vous défaillez …   Dictionnaire des verbes irréguliers français

  • défaillir — vi. => Besoin, Malaise, Évanouir (S ), Prendre (mal) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • eslargissement — Defaillir au jour de son eslargissement, Ad diem vadimonij non occurrere. B. Defaillir au jour de son eslargissement, et laisser ses cautions en peine, Profugij causa solum iudiciale vel forense vertere. B …   Thresor de la langue françoyse

  • défaut — [ defo ] n. m. • XIIIe; anc. p. p. de défaillir I ♦ 1 ♦ Absence de ce qui serait nécessaire ou désirable. ⇒ carence, faute, 2. manque, pénurie. Défaut d harmonie, de proportion (⇒ déséquilibre, discordance, disproportion) . Défaut d attention (⇒… …   Encyclopédie Universelle